Patrice Demongeot

chroniques et propos sur l'art

 

 

PRECIS DE MECANIQUE APPROXIMATIVE

( à l´usage particulier des artistes en général )

 

Au début j´ai pascompris pourquoi il me parlait du mecd´Annick ... Céleste qu´ils´appellerait ! Onétait là à admirer les étoiles, loin de toute pollution lumineusemais proches des graminées et des légumineuses, après s´êtreoffert mutuellement quelques fraternelles libations, généreuses etpropres à provoquer toutes sortes d´enthousiasmes et de confusions.On regardait là-haut vers le grand fouillis cosmique et quand on aun minimum d´éducation on dit « la Voûte Céleste »pour parler de l´infini salmigondis universel qui nous émeut tantquand y plongent les yeux ; mais j´ai dit céleste , je compris quemon compagnon de rêverie parlait de la fameuse « MECANIQUECELESTE », car je savais bien qu´Annick n´avait pas de mec ence moment. Nos pupilles dilatées laissaient entrer tout l´espacesur notre rétine pourtant limitée et notre cortex visuel primairecherchait de quel coin de l´espace venait le big-bang et où secachaient d´éventuelles autres formes d´existence entre lesmystérieux trous noirs et les flamboyantes nébuleuses que le nerfoptique lui suggérait. Elles arrivaient en groupe toutes lessupputations qui se déclenchent systématiquement quand on se pencheen arrière, les jambes plantées dans la terre, la tête dans lesétoiles et le cœur au milieu. Et c´est parti ! Tout y passe, lesO.V.N.I. , le nom des étoiles et des constellations, Aristote,Kepler, Copernic, Galilée, Newton, Einstein et Star Treck... tousceux qui se sont penchés sur La Mécanique Universelle et sonfonctionnement : « Sciencemécanique, branche de la physique, dont l´objet est l´étude descorps en mouvement ou à l´équilibre ».C´est un principe général, on ne précise pas quel corps ni sataille, ça peut être une galaxie, un top modèle, mon vélo, unatome, le petit doigt de ma voisine, un solide , un liquide ou ungaz. Ben zut c´est quoi un corps ? C´est n´importe quoi depuis lesparticules subatomiques avec la mécanique quantique jusqu´auxgalaxies avec la mécanique céleste, entre les deux tu mets ce quetu veux. Ben alors tout est machine, mécanisme, engrenage,transmission, réaction... quel choc ! je ne suis plus qu´unassemblage de bidules, MOÂÂÂ, JE, Myself en personne !!! Mais lesautres aussi, tous dans la même mécanique et toc! C´est bien ce quirend possible les transplantations d´organes.

 

Biensûr ce sont des théories, qui seront bientôt remplacées pard´autres, car il est bien vrai que le contraire d´une grande véritéest toujours une autre grande vérité et rien n´empêche personne dedévelopper ses propres théories. Rendons hommage à notrenombrilissime ethnocentrisme médiéval, car en réalité lemouvement des étoiles et des planètes est essentiellement dû audéplacement des hommes sur terre, qui à force de faire fonctionnerleur milliards de jambes et de pieds impriment un mouvement à laboule qui la fait tourner et entraine tout le reste. Il y a une autremise au point indispensable à faire, la fameuse attractionuniverselle est bien sûr un contre-sens absolu que l´on peutvérifier chaque jour, il s´agit en réalité de la « répulsionuniverselle » sinon on s´écraseraient tous les uns contre lesautres ( nous et aussi les autres corps célestes ), ce qui n´est pasle cas ( au grand désespoir de certains ), pas besoin dedémonstrations complexes ni d´équations interminables, l´évidencede nos sens suffit. Comme toujours on nous cache tout et on nousprend pour des googles, heureusement que les artistes sont là pourrétablir la vérité. Il est bien évident également quel´augmentation du nombre d´individus et l´accélération de nosdéplacements sont à l´origine du dérèglement climatique et que sion se calmait un peu en faisant plus la sieste tout rentreraitprogressivement dans l´ordre. Voilà un programme qui mériterait aumoins le prix Nobel du bon sens, mais dès qu´on a des vraies idéeson suscite immédiatement la jalousie et en plus faut vraiment êtrepistonné dans ces milieux-là, alors j´oublie.

 

Trèsbien ce délire sur la mécanique universelle mais et l´art dans toutça ?! Ben c´est clair, il doit y avoir un SUPER ARTISTE à l´originede toutes ces mécaniques, le fameux « Grand Architecte deL´Univers »! En voilà une pensée qu´elle serait bienpratique, au moins on aurait à qui se plaindre, un serviceaprès-vente, un bureau des pleurs, un département des réclamations,un chef du contentieux et un service des stocks et des invendus. Maison ne trouve jamais le numéro de téléphone ou alors y a jamaispersonne qui y répond, pas même Gaston, pas sûr qu´il y aitvraiment quelqu´un d´ailleurs. Alors peut-être sommes nous lesartistes collectifs d´une grande mécanique dont nous sommes tousresponsables. Y a qu´a nous regarder, toujours prêts àconceptualiser, inventer, imaginer, innover, fabriquer, créer,réaliser, le meilleur comme le pire et c´est pour ça que nous avonsfantasmé un SUPER CREATIF qui serait à notre image pour mieux sedécharger sur lui.

 

Ouimais … pour les ARTISTES, les vrais, les ceux qu´ont des chapeaux,des pinceaux, des oripeaux et la vie à fleur de peau, les ceux quifont des expositions, des vernissages, des invitations, des affiches,des plaquettes et des press-book, pour eux ce serait qui ou quoi LAMECANIQUE ? Ce serait le grand Léonardo peintre et ingénieur pourqui science et art étaient sans distinction, ce serait Vaucanson,père des automates, Calder qu´a de l´air, Tinguely et sestringleries, Petit Louis de la Fabuloserie, Jacques Monestier leménestrier, Pol Bury le fontainier, les marionnettistes, lesartisans qui font nos manèges de chevaux de bois, l´horlogeriesuisse ou comtoise et aussi tous les grands voituriers, pour résumer: la famille de ceux qui font œuvre directement de la mécanique enmouvement avec rouages, tringles, pistons, bielles, chaînes,courroies et moteurs. Les créateurs dont les œuvres en troisdimensions bougent, tournent, se meuvent et utilisent les mécanismeset le mouvement comme expression même de leur art. Mais il y aussila catégorie des artistes « récupérateurs »,ferrailleurs, accumulateurs ou transformateurs qui intègrent etdétournent les éléments des mécanismes déchus, les squelettesdes machines démantelées et leur redonnent une autre vie. Une rouede brouette, un guidon de vélo, un piston , un soc de charrue, unressort, un roulement à billes, deviennent une femme, un animal ouun dieu mystérieux sous la protection de Saint Brico-Machin. Alorsce sera aussi bien Picasso, Gaston Chaissac, Max Ernst, Cesar, Armanou les adeptes de l´Art Brut. C´est manifestement du domaine de lasculpture, du volume, de l´objet et de la mise en espace. Mais passeulement... Paul Klee dans sa « Théorie de l´art moderne »expose un processus de créatif basé sur une mécanique précise deséléments plastique. N´oublions pas également les expressionsartistiques qui n´existeraient pas sans les sciences mécaniques : lagravure avec sa presse, la photographie avec ses soufflets, sesdiaphragmes et ses déclencheurs, le cinéma avec son « moteur! » et ses projecteurs, pour terminer je ne peux pas passersous silence le MECCANO de mon enfance... Alors plus de doute, sansdire son nom, la mécanique est une des composantes de bien desœuvres d´art et nous faisons tous de la mécanique sans le savoir.Mais nous aurons une autre fois l´occasion d´évoquer la mine deplomb, l´aquarelle ou le pastel...là plus de mécanique! enfinj´espère...

 


 

 

 

 Article paru dans L´Aéropage N°7 mars 2011

journal du collectif "Courant d´Art"

 

Faitsd´hiver ou de printemps :

Accrochagesde femmes !


Desfemmes s´accrochent... aux cimaises ! Enfin nous y voilà, maligneset stratégiques comme elles savent l´être, d´abord elles se sontfaites acceptées comme artistes, puis ont pu progressivement êtreadmises dans les écoles d´art (depuis 1880 pour les Beaux-Arts deParis), les salons et les expositions. Quelques décennies aprèsl´accession au droit de vote (1944) on en viendra aux lois sur laparité, (pas toujours bien respectées d´ailleurs), et maintenant cequi devait arriver arrive : elles exposent seules...plus de parité,congédiés les mâles, dégagés les tyrans, détrônés lesdominateurs, dehors les machos, lourdés les p´tits gars, exit lesmecs !


Moiqui suis plutôt « pro » mixité, même pour une certaineproximité, voire promiscuité si affinité - sans parler despromises cuitées qui n´entrent pas dans le cadre de notre propos -me voilà bien déçu, dépité, déconfit, castré, éconduit,interdit d´accrochage mais pourtant pas prêt de décrocher. On peutquand même visiter j´espère? Y a pas affiché « interdit auxmâles et aux animaux »? Mais ma minute d´orgueil mÂleà propos étant passée, les bien à propos de Marx (Groucho, biensûr !) me reviennent : « l´homme est une femme comme lesautres » qu´il disait. C´est vrai, sur le coup je l´ai eu amèrede ne plus être un pair, mais je me retrouve ainsi, pour la duréede cette exposition, dans l´ex-position de mes sœurs femmes etartistes, qui ont subi depuis des siècles et subissent encore surnotre planète, incompréhension, maltraitance, violences, vexationset discriminations de toutes sortes.


« UNIVERSELLES » c´est le nom de cette mythique manifestation que nouspouvons espérer UNIVERSELLE et qui nous proposera des visions defemmes. Joyeuse ambiguïté du langage, des visions de femmes j´en aidepuis l´enfance et pourtant j´ai jamais mis les pieds à Lourdes,mais ici la femme est enfin considérée, comme SUJET et non commeobjet. Alors leur Univers (à) Elles sera-il féministe ou féminin,parodie ou plagiat du regard masculin, asexué, au-delà desétiquettes ou tout cela à la fois? Si une œuvre masculine s´ytrouvait accrochée clandestinement pourrait-on la détecter? Ontourne autour de la question: l’œuvre artistique a-t-elle un sexe? De Rosa Bonheur (peintre animalière 1822-1899) on disait « ellepeint comme un homme » pour qualifier son talent; elle fut lapremière femme à être nommée Chevalier de la Légion d´Honneur(franchement je m´étonne moi-même de toute cette érudition).Peut-on reconnaître au premier coup d’œil si l´auteur d´une œuvreest un homme ou une femme, sans être historien d´art ou artistesoi-même? Faites le test devant toutes les réalisations que vousverrez à partir de maintenant, peintures, photos, sculptures ouautres et avant de connaître le nom de l´artiste, répondez à laquestion : est-ce une femme ou un homme, je suis prêt à parier quevous serez souvent surpris(es).


Alorsje me sens plutôt solidaire. Si, si, c´est très bien, inédit même!Pas vu encore d´expo uniquement de femmes dans les annales des grandsmusées et même des petits. Les femmes reconnues comme artistesjalonnent l´histoire, comme des exceptions confirmant la règle del´exclusion, cela calme les autres tout en leur faisant mieuxcomprendre à quel point le statut d´artiste est inaccessible. Biensûr il y a eu du 2Oéme au 21ème siècle les grandes rétrospectivesde créatrices célèbres. Citons parmi elles : des peintres commeSuzanne Valadon, Sonia Delaunay, Tamara de Lempicka, Frida Khalo,Joan Mitchell ou Fabienne Verdier, des photographes comme MargaretCameron, Diane Arbus ou Sarah Moon, des sculptrices comme CamilleClaudel, Germaine Richier ou Niki de Saint Phalle, des disigneusescomme Charlotte Perriand, ou Andrée Putman , et enfin desplasticiennes comme Louise Bourgeois, Annette Messager ou SophieCalle ; précipitez-vous sur la « toile » pour découvrirtoutes ces artistes exceptionnelles. Il existe bien le Festival desFilms de Femmes de Créteil, mais une exposition collectiveexclusivement féminine pas encore entendu parlé !


Alorsc´est maintenant, à Nogentle Rotrou, qu´une dizaine de pionnières expérimententcette première mondiale, modeste mais néanmoins révolutionnaire,dans la désormais historique « Salle des Colonnes » etdans quelques années ceux qui l´auront visitée pourront déclarer« j´y étais »... alors bien sûr allons-y, et je ne veux pasentendre des trucs du genre « super cette expo de bonnesfemmes », « c´est pas mal pour des gonzesses » oubien  « super ces meufs, elles mériteraient vraimentd´être des mecs » ! Alors bravo mesdames, nous sommes touségos, et nous serions fiers d´exposer avec vous la prochaine fois,d´égales à égaux.



PatriceDEMONGEOT

_


 

 texte accompagnant la série sur les daps

Aide-toi!

le ciel... tes draps.

 

©Patrice DEMONGEOT

 

le livre singulier N°1

novembre 2010

 

 

 

 

Photossouvenirs d´un court séjour à la Clinique Notre Dame du Bon Secoursde Chartres, grandes heures et des cadences, où l´horizon variablede mes draps blancs a rythmé le brouill´artde mes journées et le BLUESblanche de mes insom´nuits.

 

Moi-mêmeempêché de PLISSERpour cause d´adénome frustrant, j´ai été emporté par l´infinidiversité des PLISet rePLISdutextile qui m´hébergeait, stimulant mon imagination, mes rêverieset mon texte style. Devenu paparaZzi de mes drapés J´ai fixé unnouvel objectif à mon fidèle appareil numérix : pixeliser mesimpressions, mais pas à n´importe quel PLIS.

 

Soumisaux injections d´anti-COULEURet aux coulées d´intra-NEIGEUSE,j´évitais malgré tout de tomber dans le conflit DANSCIEL, lesgris et chuchotements, en restant à l´écoute-à-GOUTTEet inspiré par cette idée maitresse : aide-toi et le ciel tesDRAPS.Seulement limité par le cordon de ma PÈRE-fusion,j´ai pu, sur ces drôles de trames, explorer quelques DRAPaysagesinattendus et DRAPÉ-visagesimprobables. Mais bien sûr pas de quoi en faire tout un drap.


SePLIER àquelques contraintes nécessaires, se dé-PLIERpour éviter les courbatures, il yavait du PLIdans l´air et je m´en suis remis à lagrande PLIUREUNIVERSELLE. C´est cotonmais ça ne fait pas qu´un plis. Pliuredu temps, pliure de l´espace et quelques faux plis de la vie, enrepassant tout ça dans les pliures et circonvolutions de mon cortexje me sentais prêt pour une providentielle remise à plat, ce fut legrand repassage. J´ai surfé sur une toile qui n´avait rien devirtuelle, mais parée de toutes les vertus, elle.

 

Nesachant si moi seul ai vu ces fantasmagories, trame de LIN-trigue,surgir de l´ennui de mes draps, j´ai souhaité les partager. Pourlaisser plisser en toute liberté tous ceux qui voudraient froisseret multi-plier,je leur lance cette invitation à trouver des dérivatifs dans lessituations et les objets apparemment les plus banaux. Vous avez ditbeaux-arts comme c´est blizzard! Voir les courbures de l´univers qui se trouvent juste à nos pieds,si on prend la peine d´y bien regarder les dessins du PLIEURne sont pas toujours impénétrables. Même si l´ennui tous les plissont gris, vous vous exclamerez alors : que neige mieux regardé cegrand BLUES où les trousnoirs sont si trous-blancs!

 

 

Commele dirait un proverbe : à nouveau jour, nouveaux draps ! J´enavais chaque matin d´autres à animer, qui me donnaient de nouveauxplis à explorer, sans qu´onfit DANSE sur l´OREILLER.Toutd´abord encéphalodrapsest plat, ni « big bang », ni « big crunch », ilssont posés, nets et sans accident, aucune respiration n´est encorevenue soulever la trame sans drame, calme PLImordialavant la tempête de la vie. Un entre-deux limbique, présentabsolu, insondable tapis de silence stérilisé sur lequel les doigtsde mes neurones n´ont pas encore posé les orteils de mes concepts,ignorance originelle d´où les formes apparaîtront. Champ despossibles, méta-DRAPbase de tout, œuf primordial qui donnera naissance à Ouranos etChronos, Mahabarata, grand barattage, méga-baratin,rien et tout subtilement mélangés d´avant la grande séparation dela dualité dissociante, duplicité de la duplication, c´est toutcela dans de beaux drapsblancs et propres installés par des mains habileset expertes ! Mais bientôt l´agitation mentale et textilemettra en œuvre le corps encore engourdi dans son coconde coton cocon-mittant, le repli sur soiecessera pour enfanter ce « texte-île ».

 

 

*

 

Chaquenouvelle drapée est un cycle biologique, historique, mégacycle etmicrorythme, fractalisation métachronographique aux connexionstransversales et verticales, c´est « the » bio-nappe.Du rudimentaire à l´ultra-élaboré, de la Grotte Chauvet à laChapelle Sixtine, de la poignée de coquillages au tera-octet, du durau mou, de l´icône byzantine au baroque flamboyant, du rigideintransigeant au souple laxiste,de Sparte à Athènes, de la Romeantique à la chute de l´Empire romain, de l´élémentaire stable aucomplexe fragile, de la cité agraire à l´empire mondial, dubricoleur dans son garage à la multinationale et je suis sûr quevous en avez encore d´innombrables à me suggérer. La divisionplissulaire déclenche laréactionen trame et les volumes naissent, setélescopent, s´interpénètrent, fusionnent et naviguent du basrelief à la ronde bosse ; paraboles, hyperboles et asymptotes sesuccèdent plus ou moins indéfiniment.

 

 

 

*